La cataracte

novembre 18th, 2015 | Redigé par admin in La cataracte - (0 Comments)
© cynoclub

© cynoclub

La cataracte correspond à l’opacification de la capsule du cristallin ou de son contenu. Elle résulte d’une rupture de l’équilibre hydrique et protéique au sein du cristallin ou d’une modification de l’alignement des fibres qui le composent.

Les causes de cataracte sont nombreuses :

  • Héréditaire (plutôt chez les chiens

  • Affection intraoculaire telle qu’une uvéite, un glaucome, une luxation du cristallin, un décollement de la rétine ou une dégénérescence rétinienne, ex : atrophie rétinienne progressive (ARP), agression toxique, post-inflammatoire

  • Maladie infectieuse, en particulier chez les chats, associée à une uvéite et des lésions de l’épithélium du cristallin

  • Associée à une maladie métabolique telle qu’un diabète sucré ou une hypocalcémie chez le chien

  • Associée à l’administration de lait maternisé chez de jeunes chiots (carencés en acides aminés)

  • Associée à une blessure, ex : corps étranger ou griffure de chat

  • Idiopathique

Chez le chat, la cataracte est généralement secondaire à un traumatisme ou à une maladie infectieuse induisant une uvéite et des lésions de l’épithélium du cristallin. Même si l’on n’observe pas de signe évident d’uvéite, il convient d’écarter cette hypothèse car cette affection peut être subclinique et mener au développement d’une cataracte. Il existe de rares formes héréditaires de cataracte chez les chats.

Anamnèse et signes cliniques

Les propriétaires amèneront leur animal parce qu’ils ont remarqué que l’aspect de l’œil a changé ou parce qu’ils pensent que leur animal voit moins bien. Cependant, la cataracte est généralement diagnostiquée par accident au cours d’un examen clinique lors de la vaccination ou lors d’un bilan gériatrique sans que le propriétaire n’ait remarqué quoi que ce soit. La majorité des cataractes se développent très progressivement. Cependant, les cataractes associées à la présence d’un diabète sucré peuvent se développer très rapidement ; on observe alors un gonflement marqué (intumescence) du cristallin ainsi qu’une uvéite provoquée par le cristallin.

Les propriétaires ont parfois remarqué que leur animal voit moins bien qu’avant lorsqu’il a plus de difficultés pour trouver des objets tels que des jouets ou des friandises (ex : au cours de la mise en place de la cataracte), ou lorsque sa vision nocturne baisse (associée à une ARP et potentiellement au développement d’une cataracte secondaire). Il est possible de remarquer que l’animal a plus de difficultés pour localiser les objets lorsqu’il est sous une forte luminosité car beaucoup de cataractes héréditaires ont une position centrale; lorsque la pupille se contracte, la vision s’altère temporairement de façon marquée. Le propriétaire peut également remarquer que le cristallin devient plus gris avec la progression de l’affection dans le temps. Lorsqu’un chien est présenté pour une baisse progressive de l’acuité visuelle et une altération du cristallin, il faut effectuer un examen ophtalmologique complet car la cataracte peut être causée par une dégénérescence rétinienne, une uvéite, un glaucome ou un diabète.

Certaines races de chiens sont prédisposées au développement d’une cataracte héréditaire. L’âge indi­qué correspond à l’âge moyen d’apparition de la cataracte.

Golden Retriever : 9 ans

Labrador Retriever : 9 ans

Cavalier King Charles : 7 ans

Caniche Standard : 18 mois

Staffordshire Bull Terrier : 18 mois

Berger allemand : 3 ans

Bobtail  : 3 ans

Welsh Springer Spaniel : 3 ans

Schnauzer miniature : 3 ans

Cocker américain : 6 ans

Boston Terrier : deux formes, précoce à 3 ans et tardive à 8 ans

Setter irlandais rouge et blanc : 9 ans

Berger belge : 9 ans

Husky sibérien : 5 ans

Retriever de la baie de Chesapeake : 3 ans

Leonberg : 9 ans

Buhund norvégien : 5 ans

Grand Épagneul de Münster : 9 ans

Techniques diagnostiques spécifiques

Il est important de réaliser un examen ophtalmologique complet chez tous les animaux qui présentent une cataracte. Il est nécessaire que la pupille soit en mydriase si l’on souhaite examiner l’équateur du cristallin pour évaluer la progression de la cataracte et visualiser la rétine autour de la zone opacifiée. Lorsque l’animal présente une cataracte, on observera une opacification du cristallin lors de l’examen ophtalmologique. Il est important de bien la différencier d’une sclérose nucléaire ou d’un épaississement du cristallin lié à l’âge touchant tous les animaux au-delà d’environ sept ans. Contrairement à la cataracte, la vision et la réflectivité tapétale ne sont normalement pas altérées lors de sclérose nucléaire.

Il existe différentes classifications des cataractes selon :

  • L’âge d’apparition – congénitale, juvénile (jusqu’à 6 ans) ou sénile (après 6 ans)

  • Sa localisation – capsulaire, sous-capsulaire, corticale ou nucléaire

  • Sa sévérité

* Naissante (< 10 % de la surface rétinienne est obscurcie)

* Immature (il arrive qu’il ne soit pas possible d’examiner la rétine mais on voit encore le tapis refléter la lumière)

* Mature (perte de la réflectivité tapétale)

* Hypermature (la cataracte provoque une liquéfaction ou une rétractation du cristallin, ce qui provoque une uvéite. La réflectivité tapétale est présente et on peut observer des rides se former sur la capsule du cristallin).

Ces classifications sont utiles pour déterminer l’origine et l’évolution de la cataracte. En leur associant la connaissance de l’âge et de la race du chien, elles aideront à différencier une cataracte héréditaire d’une cataracte inflammatoire, congénitale ou traumatique dans beaucoup de cas. Lorsqu’elle évolue rapidement, il faut vérifier que l’animal n’a pas un diabète sucré. Lorsque la vision est altérée, il est possible d’effectuer un test en soumettant l’animal à un parcours d’obstacles avec puis sans lumière, afin de différencier une atteinte rétinienne d’une atteinte cristallinienne. Lorsque l’animal est atteint d’une affection rétinienne héréditaire, telle que l’ARP, on observera une baisse de son acuité visuelle en l’absence de lumière, contrairement aux animaux souffrant d’une cataracte immature.

Quel traitement ?

Il n’existe actuellement aucun traitement curatif lors de cataracte. La seule possibilité consiste à retirer le cristallin par phaco-émulsification puis de placer une prothèse cristallinienne dans l’œil. Le taux de réussite de la phaco-émulsification est le plus élevé chez les patients suivants :

  • Présence d’une cataracte immature (taux de réussite d’environ 94 %)

  • Absence d’une autre maladie systémique concomitante, ex : diabète sucré (lorsqu’une telle affection est présente, il est possible de réaliser une phaco-émulsification mais le risque de complications est plus élevé)

  • Absence de signe d’affection oculaire concomitante, ex :uvéite chronique, ARP.

Une cataracte mature ou hypermature peut aussi être traitée avec succès par phaco-émulsification mais le taux de réussite à long terme est plus faible (85-90 %) que chez les jeunes patients qui présentent une cataracte immature et molle. S’il y a une uvéite secondaire à l’atteinte du cristallin (généralement associée à une cataracte de progression rapide), il faut mettre en place un traitement médical dans le but d’empêcher l’apparition d’un glaucome tertiaire. Un traitement adapté repose sur des corticoïdes locaux et un agent mydriatique (ex : sulfate d’atropine ou tropicamide). Cependant, il arrive chez certains patients diabétiques que même des corticoïdes appliqués localement contribuent à la résistance à l’insuline; il est donc conseillé de prescrire un AINS local à la place (ex : kétorolac trométamol ou flurbiprofène).

Que faire si son état ne s’améliore pas ?

Une cataracte ne peut pas guérir spontanément ou s’améliorer avec un traitement médical à l’heure actuelle. Si l’on ne réalise pas de phaco-émulsification, la maladie persistera et pourra éventuellement s’aggraver.

S’il n’est pas envisageable de référer l’animal pour qu’il reçoive un examen ophtalmologique complet ni une phaco-émulsification, il faut donner des conseils aux propriétaires pour qu’ils apprennent à s’occuper d’un chien dont l’acuité visuelle est mauvaise. La majorité des chiens qui deviennent aveugles s’adaptent très bien à leur environnement tant qu’il ne subit de modifications majeures.